En guise de conclusion

Présentation de l’expérience au Chili de deux étudiantes sages-femmes au près de leurs camarades de classe.

Pour accéder au PDF,  Cliquez-ici

Publicités

L’EXPÉRIENCE DE MARIE MORGENEGG

Cette expérience au Chili m’a énormément enrichie autant sur le plan professionnel que personnel. J’ai beaucoup appris de l’expérience dans le milieu rural et ai été très impressionnée du professionnalisme et de l’accueil des étudiants chiliens avec qui j’ai partagé cette expérience. Je pense qu’une expérience à l’étranger ne peut que nous apprendre à nous adapter et cette capacité est très importante dans les soins.

L’EXPÉRIENCE DE CÉLINE REGAMEY

Durant cette summer, nous avons eu l’opportunité de participer au programme de promotion de la santé dans un milieu rural à Petorca. Cela a été l’occasion de rencontrer d’autres étudiants dans le domaine de la santé, tel que médecins, physiothérapeutes, dentistes, sages-femmes, infirmiers, nutritionniste, fonoaudiologie (logopédiste et ORL). Tout le programme est organisé par des étudiants, cela a été vraiment impressionnant de voir leur motivation et tout le travail effectué. Durant la journée nous partions chacun avec nos communautés (environ 20 personnes) dans nos centres respectifs. Certains patients venaient au centre pour nous voir, notamment des enfants auxquels nous faisions de la promotion de la santé (comment se brosser les dents, les aliments trop sucrés, l’importance du sport). Nous allions aussi voir les patients à domicile, notamment les personnes âgées, qui avaient souvent un diabète mal pris en charge. J’ai été admirative des connaissance et du professionnalisme dont faisaient preuve les étudiants chiliens. Le soir était l’occasion de faire des jeux et de discuter des situations vues la journée. Cela m’a permis de mieux comprendre et connaître la culture chilienne et de me faire de nombreux amis. J’en garde donc un merveilleux souvenir.

PONTIFICIA UNIVERSIDAD CATOLICA

Voilà la Nouvelle Année arrivée; les festivités ont étés variées au sein de notre groupe. Certaines ont fait la fête dans les rues bondées de Valparaiso, à la mode chilienne. D’autres ont célébré tranquillement à San Pedro, ville où il est strictement interdit de danser (que ce soit dans la rues ou dans les bars) sauf le jour le l’an. A Iquique, la gastronomie n’était pas au rendez-vous : trouver un restaurant ouvert n’est pas une mince affaire le soir du Réveillon.

Nous voilà toutes prêtes à nous lancer dans 2017 en commençant par la Summer University.

Notre hôte est la « Pontificia Universidad Catolica ». L’université accueille environ 70% d’étudiants de Santiago même, le pourcentage restant provenant des autres régions du Chili. C’est une université prestigieuse qui admet ses étudiants sur concours d’entrée, quelque soit la filière. L’université est payante, 45% de ses étudiants proviennent donc d’une haute classe sociale. Les autres étudiants peuvent être au bénéfice d’une bourse d’étude.

Au programme de la première semaine : séminaires sur les système de santé, les soins ainsi que les formations infirmières et de sage-femme dans nos pays respectifs.

Système de santé chilien
7.3% du PNB au Chili est utilisé pour la santé.
Le ministère de la santé est divisé en deux organismes ; un qui prend toutes les décisions en matière de santé et l’autre les mettant en action. Il y a un représentant du ministère de la santé dans chaque état du Chili.
Les assurances maladies ne sont pas obligatoires au Chili, 7.8% des personnes ne sont pas couvertes. Cependant, même sans assurance une personne ayant besoin de soins sera traitée dans le système public mais à ses propres frais.

Les assurances peuvent être d’ordre publique ou privée. Dans le public, elles reviennent à 7% du salaire et sont basées sur le principe de la solidarité. Dans le privé, c’est le principe de l’équité qui s’applique ; on paie pour les services que l’on désire obtenir personnellement. Les assurances sont généralement fournies par l’employeur.

Malgré une différence importante des deux systèmes, les services et les infrastructures sont de qualité dans le public comme dans le privé.

Formation des infirmières et des sage-femme au Chili
A l’UC, les formations d’infirmière et de sage-femme sont en base commune et de niveau Bachelor.
La formation initiale est de 4 ans (en commun) pour ces deux filières, puis la 5ème année est entièrement dédiée aux stages pendant lesquels les étudiants se forment soit en tant qu’infirmière soit en tant qu’infirmière sage-femme.
L’UC offre aussi des formations post-grades (master, PhD) ainsi que des formations professionnels de spécialisation.
A l’école d’infirmière, 10% des étudiants sont des hommes et 90% des femmes.

Infirmières sage-femme et sage-femmes
Au Chili, comme en Suisse, il y aussi deux formations différentes pour devenir soit infirmières sage-femme soit sage-femme.
Sur les lieux de pratique, ces deux groupes de professionnels ne s’apprécient pas tellement. Les sage-femme ayant parfois l’impression que les ISF leur volent leur travail. Dans les hôpitaux et les centre de santé, ce sont donc souvent des sage-femmes se trouvant auprès de la population des couples et de leurs enfants. Les ISF sont moins nombreuses dans ce domaine là, et travaillent souvent dans les domaines plus complexes (salle de réveil, suite de césarienne, grossesses pathologiques,…).

AVANT DE DÉBUTER LA SU….

La participation à la SU au Chili n’est pas seulement d’opportunité de découvrir un autre système de santé et de soins, mais bel et bien l’occasion d’aller à la rencontre d’un pays, de paysages et d’une population jusqu’à lors peu connus pour la majorité d’entre nous.

C’est pourquoi, nous avons décidé d’utiliser nos vacances de fin d’années pour découvrir un peu plus ce pays avant le début de la Summer University.

Pour certaines, c’était à la découverte de la charmante ville portuaire de Valparaiso ou sa voisine balnéaire Viña del Mar, pour d’autres c’était l’aventure dans le désert depuis San Pedro de Atacama en passant par Iquique ou encore le Cajòn del Maipo.

Le Chili est un pays tout en longueur, divisé en plusieurs régions, toutes différentes les unes des autres en terme de météo et de paysages.
La monnaie du Chili est le peso chilien (1CHF = 650 pesos environs). Le prix de la vie au Chili est comparable aux prix qu’on peut trouver en France, c’est n’est donc pas toujours donné !
Les personnes que nous avons rencontrés jusqu’ici sont très chaleureuses et accueillantes. Toujours prêts à aider et à discuter avec nous, les chiliens sont un peuple très curieux. Ils poseront facilement tellement de questions qu’en l’espace de quelques minutes vous vous retrouvez à avoir expliqué tout votre arbre généalogique à un parfait inconnu. Génial !
Ils sont experts de leur pays et nous l’ont fait découvrir avec passion. Que ce soit à Valparaiso avec Jonathan, le guide helvetico-chilien (de Lausanne en plus !!!), ou à Santiago avec Franco, le jeune chilien né à Santiago incollable sur l’histoire de sa ville, les découvertes ont étés riches et nombreuses.

Assez écrit, place aux images qui parlent d’elles-mêmes. =)