Shanghai, le Swissnex et la fin de notre séjour

Jeudi matin, nous quittons le campus de l’université et Wuxi et rejoignons Shanghai pour les derniers jours de notre voyage. Les étudiantes qui nous ont précieusement aidés durant notre séjour, mais avec qui nous avons également partagé de nombreux bons moments, nous accompagnent encore jusqu’à la gare pour les aux revoirs. Arrivés à Shanghai, un car nous attend et nous emmène jusqu’au Swissnex, dont les bureaux sont placés en face du consulat suisse.

thumb_IMG_9819_1024

Le Swissnex est un consulat scientifique qui fait notamment la promotion de la Suisse à travers le monde et apporte son soutien à des échanges internationaux professionnels ou dans le cadre de formations. Il collabore notamment avec l’université de Lausanne et l’école hôtelière de Lausanne en proposant des stages à Shanghai à leurs étudiants et en favorisant la venue d’étudiants chinois dans ces écoles. Le Swissnex collabore également avec l’état de Vaud. Nous avons été chaleureusement accueillis par les collaborateurs suisses et chinois, l’occasion de revoir des personnes de chez nous et d’échanger quelques mots en français. Après un repas bienvenu (chocolat suisse compris !), le Swissnex nous présente ses activités et différents projets, puis nous leur décrivons à tour de rôle ce que nous avons fait durant ces deux semaines et ce que nous retirons de cette expérience sans précédent. Petite séance photo, puis nous retrouvons notre car qui nous emmène dans une superbe auberge de jeunesse au cœur de Shanghai.

thumb_IMG_9832_1024thumb_IMG_9928_1024

Notre voyage se termine par une touche touristique avec la visite de la ville durant la soirée de jeudi et la journée de vendredi. Depuis les berges du Bund, la rivière traversant la ville, la vue sur les gratte-ciels du quartier des affaires est splendide. Nous avons également mis en pratique l’art du marchandage dans le marché de Yuyuan, ce qui nous a permis d’obtenir des rabais de plus de 95 % sur le prix originalement proposé ! Après avoir acquis quelques souvenirs, nous passons notre dernière soirée dans un Teppanyaki, un restaurant japonais avec un cuisinier qui grille l’ensemble des aliments, de très bonne qualité, juste sous nos yeux.

thumb_IMG_9953_1024

Nous rentrons en Suisse avec de nouvelles idées et compétences pour notre future pratique professionnelle, ainsi que de nombreux souvenirs de ce magnifique pays qu’est la Chine.

TCM

Lors de notre séjour à Wuxi, nous avons eu l’occasion de découvrir une thérapie largement utilisée en Asie : la médecine traditionnelle chinoise (TCM).

La TCM en Chine est bien différente de la TCM en Suisse. En effet, elle est considérée comme une médecine de base alors que chez nous, elle fait partie des médecines dites alternatives. Les médecins en TCM ont également une formation de médecine occidentale, rendant leur pratique clinique riche. La théorie de la TCM est variée, complexe et très différente des conceptions occidentales du corps. Ainsi, la langue est un élément important à évaluer pour une large palette de problèmes de santé n’ayant pas nécessairement de lien avec cet organe. Les différents organes du corps humain sont interdépendants et peuvent s’influencer les uns les autres. Selon la TCM, un problème de foie pourrait par exemple provenir des poumons selon l’anamnèse et les manifestations cliniques.

Au Tongren hospital, il y a un service destiné spécifiquement à la TCM, les patients bénéficient de séances quotidiennes d’acupuncture, de ventouses ou de Gua Sha, au même titre que des séances de physiothérapie ou d’ergothérapie.

Les patients sont traités soit pendant leur hospitalisation, soit en ambulatoire. Pour les patients hospitalisés, il y a une grande salle avec plusieurs lits alignés sur lesquels ils reçoivent leurs divers traitements. Les patients ambulatoires sont pris en charge par un médecin TCM qui les reçoit directement dans son cabinet. Après anamnèse, les patients bénéficient de leur première séance de TCM. Nous avons eu l’occasion de participer à ces séances en plantant quelques aiguilles d’acupuncture, sous supervision du médecin TCM.

TCM

La fête du dragon!

Le samedi 27 mai, nous avons eu la chance de participer à la fête du dragon, organisée par l’hôpital Tongren pour le personnel et les patients. C’est l’équipe de musicothérapeute qui a organisé les festivités.

Pour commencer, sous les instructions du personnel chinois et l’aide des patients nous nous lançons dans la préparation des « zongzi », plat traditionnel de cette fête du dragon. Ce plat est fait d’une datte, de la viande de porc et du riz, le tout enveloppé dans une feuille de bambou. Ensuite on les fait cuire à la vapeur. Nous avons chacun fait deux « Zongzi » qui avaient une forme à peu près correcte, seule Loraine a réussi à en faire des absolument parfaits.

Nous avons écouté des chansons traditionnelles chinoises, et nous avons nous même contribué à la fête en chantant « la vie en rose » d’Edith Piaf, puis tous ensemble « you are my sunshine »

Nous avons énormément apprécié l’accueil chaleureux du personnel et des patients. Nous sommes enchantés d’avoir pu participer à la troisième fête traditionnelle chinoise  la plus importante.

Week-end à Pékin

Pour le weekend, nous avons décidé de partir découvrir Pékin situé à plus de 1000 km de Wuxi. Pour cela nous avons pris le train (très) rapide qui va à plus de 300km/h, et sommes donc arrivées après seulement 5h de train.

Arrivé à Pékin, nous sommes emportées par une marée de chinois, il y a effectivement beaucoup plus de monde qu’à Wuxi. 21, 5 millions de personnes vivent à Pékin, on comprend mieux pourquoi les gens définissent Wuxi comme une « petite ville » de seulement 7 millions d’habitants.  Nous partons à l’assaut du métro pékinois qui s’avère être super pratique et efficace.

Pour commencer, direction le palais d’été, malheureusement nous ne sommes pas les seules à avoir eu cette idée en ce weekend de férié. Il y a un  monde fou venu profiter du lac de Kunming et des cet immense jardin de 2,9km2. Heureusement nous nous perdons dans les sentiers et arrivons à trouver des endroits plus calmes et au combien magnifique. Le palais fut construit en 1750 par l’empereur Qianlong et mis à sac à deux reprises, depuis 1998 il fait partit de l’UNESCO.photo copie

Le lendemain nous partons à l’aventure, direction la grande muraille de Chine par nos propres moyens! Non je rigole, nous nous apprêtant à suivre scrupuleusement les indications des infirmières qui y sont allées le mois passé! Et bien allez savoir comment, mais cela nous aura coûté le double et pris moitié moins de temps. Enfin l’important c est d’y être arrivé! Le voyage en aura valu la peine, nous avons pris des centaines de photos, sous tous les angles possibles. La muraille fut construite entre le IIIème siècle avant J-C et le  XVIIème siècle après J-C pour défendre la frontière nord de la Chine. Sa longueur totale serait de 6259,6 km et de 7m de haut ce qui fait d’elle la plus importante structure en longueur jamais construite par l’homme.

photo1 copie

photo1

En rentrant nous avons encore le temps d aller voir le temple du Lama, qui nous a plongé dans l’ambiance bouddhiste avec ses fumées et odeurs d’encens. Construit en 1694 par des moines tibétains. Le terme de lama signifie « le maître spirituel » rien à voir donc avec le camélidé populaire qu’on trouve au Pérou.

Après cela direction le shopping où nous avons pu pratiquer un sport très populaire en Chine; le marchandage! Et on ne s’est pas trop mal débrouillée! Le seul problème à résoudre sera de nature logistique, comment faire entrer tous nos achats dans nos valises !

IMG_8053

Pour terminer ce magnifique weekend, direction la cité interdite! Après 20 minutes de queue pour passer la sécurité, nous y sommes, du rouge, du rouge à perte de vue. Elle fut construite entre 1406 et 1420 par un empereur de la dynastie Ming ; Yongle. Elle s’étend sur plus de 72 ha, je peux vous dire qu’on a mal au pied. Nous entrons dans la salle de la jeunesse éternelle, puis celle de la purée céleste, suivie de celle de la longévité, on s’ y perdrait.

Après tous ces efforts pour trouver la sortie, nous décidons d’aller nous poser au Parc Beihai, vieux de 1000 ans.  Il nous a fallu plus d’une heure pour le trouver! Nous avons par contre découvert la Maison Blanche version Chine! Fait le tour entier de cette forteresse et fait ami-ami avec tous les gardes en leur demandant des photos! Jai bien cru qu’ils allaient emmener Georgia pour l’interroger sur ses intentions! Le jardin fut magnifique pour les 20 minutes  où nous avons pu en profiter.IMG_8127

IMG_8172

Nous avons passé un incroyable weekend qui nous a permis de découvrir un peu plus la culture chinoise ainsi que leurs habitudes, nous retiendrons leur façon qu’ils ont d’utiliser le klaxon à la place des freins et surtout la gentillesse des gens qui ont aidé deux pauvres touristes perdues à maintes reprises ainsi que le canard pékinois.

Un mariage chinois et un policier qui aide un vieil homme à monter une pente.

Les services d’ergothérapie et de physiothérapie

En Chine, pour devenir physiothérapeute, ergothérapeute ou logopédiste, la personne doit réaliser quatre ans d’études combinant ces trois matières. Elle peut ensuite choisir dans quel domaine elle souhaite s’orienter. Ce modèle d’éducation a toutefois déjà été modifié dans plusieurs universités pour des filières d’enseignement séparées. Que ce soit en ergothérapie ou en physiothérapie, de nombreux échanges ont été réalisés avec les thérapeutes, principalement sur nos pratiques respectives.

Les patients sont amenés en physiothérapie et en ergothérapie soit par la famille, soit par les care workers. Ceux-ci sont chargés de s’occuper des patients entre chaque séance. Ils réalisent, notamment, les transferts du patient, les transports au sein de l’hôpital et l’aide au repas.

Les séances d’ergothérapie se déroulent dans une salle commune et parfois dans un appartement thérapeutique. Les interventions comprennent majoritairement de la mobilisation passive et différents exercices entraînant les membres supérieurs. Ceux-ci sont réalisés à l’aide de divers matériels, tels que des vis, des écrous, des anneaux, etc. Les ergothérapeutes prennent également en compte les activités de la vie quotidienne en proposant, par exemple, de la calligraphie ou en entraînant les déplacements en fauteuil roulant.

IMG_9427

L’ergothérapie en santé mentale nous a également été présentée. Les séances sont réalisées dans plusieurs parties de l’hôpital. Dans le bâtiment réservé à la santé mentale, des activités individuelles et en groupes sont proposées, telles que le Qi Gong ou la cuisine. Les ergothérapeutes s’occupent également de la réintégration professionnelle des patients. En effet, certains travaillent au sein de l’hôpital comme caissier, cuisinier ou encore comme couturier. De plus, ils encadrent la réintégration professionnelle dans la société de plusieurs patients.

IMG_9440

Les séances de physiothérapie sont réalisées dans quatre salles communes. Dans l’une d’entre elles, les patients avec « work injuries », autrement dit des traumatismes physiques (fractures, brûlures, TCC, ruptures des ligaments, etc.) liés à des accidents du travail, sont traités. Dans la même salle se réalisent également des évaluations posturales statiques du pied par un podologue. Ce dernier nous a démontré et expliqué comment il exécute ces évaluations à l’aide d’un instrument de mesure. Le travail des physiothérapeutes est relativement similaire à la physiothérapie pratiquée en Suisse. Les mêmes modèles de pratique et méthodes sont utilisés malgré quelques différences dans les modalités et l’application. Par exemple, les évaluations et les traitements ne sont ici pas effectués par les mêmes thérapeutes. Les patients sont évalués dans un autre service de physiothérapie puis ils viennent suivre les traitements dans les salles dans lesquelles nous avons observé les thérapies.

IMG_9436

La durée des séances d’ergothérapie et de physiothérapie est généralement de 30 minutes. Selon les indications des patients, ceux-ci sont amenés à faire, seul ou accompagné de leur famille ou des care workers, des exercices supplémentaires à l’aide des appareils disponibles dans les salles.

Visite à l’équipe des soins infirmiers

Il y a quelques jours, nous sommes allés visiter les services de cardiologie et de neurologie de l’hôpital afin de rencontrer les infirmières. Elles nous ont accueillies avec un petit verre d’eau chaude, typique de la Chine. Une infirmière parlant anglais avait été spécialement prévue pour nous, nous avons apprécié l’attention. Toutes les infirmières portent un uniforme rose avec un petit chapeau.

En Chine, les infirmières travaillent en 8h selon trois horaires 8h-16h, 16h-24h et 24h-8h. Elles sont 9 pour 71 patients, et se répartissent les tâches: 2 préparent les médicaments et les injections, 2 font la visite médicale et les tâches administratives et les autres s’occupent des soins aux patients (signes vitaux, prise de sang, donner les traitements…)

Cependant en Chine, les infirmières ne font aucun soins de nursing. C’est ce qu’on appelle ici les « Care workers » payés par les familles, qui vont s’occuper de laver les gens, les nourrir, les habiller, les mobiliser et les conduire dans les différentes salles pour leur séance de physiothérapie ou d’ergothérapie. La formation pour devenir un Care worker est d’une semaine.

Une fois par semaine, les infirmières organisent des séances d’éducation thérapeutique à laquelle toutes les familles, les patients et les Care workers sont conviés. Différents thèmes y sont abordés tels que manutention, alimentation, manœuvre de Heimlich, constipation… Elles préparent aussi des affiches qui changent tous les mois et qui sont exposées dans les couloirs et les chambres des patients. Ces affiches reprennent des notions importantes de prévention.

Dans chaque chambre, il y a un fauteuil pour qu’un proche ou le Care worker puisse dormir la nuit. Contrairement à chez nous, ils peuvent rester en permanence avec le patient.

Les sonnettes des patients possèdent un micro dans lequel les patients peuvent communiquer avec l’infirmière, évitant ainsi à ces dernières de faire des aller-retours. Exemple: le patient souhaite un antidouleur, l’infirmière ne va pas aller deux fois dans la chambre du patient.

Il y a aussi des cartons colorés de différentes couleurs ayant chacune une signification; risque de chute, risque de fausse route, barrières, voie veineuse périphérique. Cela permet d’avoir rapidement une vue d’ensemble du patient et ainsi d’augmenter la sécurité et d’avoir une meilleure prise en charge.

IMG_1593

Nous avons énormément apprécié de pouvoir faire découvrir aux étudiants physiothérapeutes et ergothérapeutes qui nous accompagnaient notre profession. De plus, nous avons pu découvrir les différences entre nos deux pays et voir une autre prise en charge qui peut nous donner des pistes de réflexion et d’amélioration pour notre profession. Une chose dans tous les cas ne change pas d’un pays à l’autre, c’est la gentillesse des infirmières.

IMG_1603

Georgia et Céline

Musicothérapie

Nous avons toutes et tous passé plusieurs moments en musicothérapie. En Chine, on utilise depuis 2002 de la musicothérapie dans des services comme l’oncologie, la rééducation, la gériatrie, les soins palliatifs et la psychiatrie. La cheffe, Luisa est allée se former en Espagne, puis a travaillé quelques années en oncologie aux États Unis. Au Wuxi Tongren hospital, il y a 4 thérapeutes qui travaillent à 100%, ainsi que plusieurs étudiants. 12 universités proposent cette formation en Chine.

Il y a différentes thérapies:

  • La Vocal intervention therapy (VIT), permet de travailler avec le patient les tons haut, car ils sont plus touchés dans les cas de dysarthrie que les tons bas. En utilisant un xylophone par exemple, le thérapeute chante Do Ré Mi Fa Sol La Si Do en montant dans les aigus progressivement. Il peut aussi utiliser le bruit de la grenouille « croa ».
  • La Musical speak intervention (MUSSTI) est une méthode dans laquelle on choisit une chanson que le patient connaît, en laissant le patient chanter seul certains mots. Afin de travailler la coordination, la mémoire, et favoriser l’apprentissage de nouveaux mots.
  • L’Instrument therapy, est une technique dans laquelle le patient utilise différents instruments (batterie, xylophone, tambourin, maracas)  afin de favoriser sa coordination, son rythme, sa concentration et sa motricité, le tout en s’amusant.
  • La Music psychoterapy, permet au patient d’exprimer ses propres sentiments sur la musique et ainsi faire ressortir son stress, son anxiété ou autres.

La musicothérapie peut aider les personnes ayant des problèmes cardiaques et respiratoires en travaillant sur leur souffle par le chant.

Les personnes ayant eu un AVC à gauche ou qui étaient trachéotomisées peuvent travailler sur les expressions verbales.

Les personnes ayant des atteintes cognitives peuvent travailler la mémoire et l’apprentissage de façon ludique (chant dans lequel elles comptent jusqu’à 10).

Pour les patients comateux, on essaye de les stimuler et d’accueillir leurs émotions (en chantant des chansons avec des paroles spécifiques à leur passé).

Les patients hémiplégiques peuvent travailler leur mobilité du visage grâce à différents sons qu’ils essayent d’émettre ainsi que leurs membres en frappant leurs mains en rythme ou en tapant du pied.

Elle peut aussi avoir un effet bénéfique sur les douleurs.

Il est difficile de tout exposer dans ce blog, tant la musicothérapie est une technique complexe et polyvalente. Nous avons été très surprise de toutes les possibilités qu’elle offrait aux patients. Nous trouvons  qu’il serait utile de la développer d’avantage en Suisse.

Georgia et Céline

L’arrivée en Chine

Arrivée à l’aéroport international de Shanghai Pudong. Nous sommes chaleureusement reçus par un chauffeur dans un grand bus et quelques bouteilles d’eau fraîches.

IMG_9343

Shanghai Pudong au centre ville

Après la commande d’un premier repas surprise sur un menu en chinois, nous avons retrouvé notre enseignant à la gare centrale de Shanghai pour aller à la ville vieille de 3000 ans, Wuxi. Dès lors, nous sommes de suite accueillis par trois étudiantes qui nous guident dans les dédales du métro jusqu’au campus de Jiangnan University dit « l’université du sud de la rivière ».
Le campus constitue à lui même une ville pleine de vie; un court trajet dans un petit bus et nous rejoignons nos dortoirs. Après un long voyage avec plus ou moins de sommeil pour certains nous partons immédiatement visiter les alentours du campus et partager un repas avec les trois étudiantes, ravis de faire connaissance.

Courte nuit, jet lag mais pleins d’énergie. Un chauffeur de taxi nous conduit au « Wuxi Tongren International Rehabilitation Hospital »

IMG_9352

Wuxi Tongren International Rehabilitation Hospital.

L’hôpital à de hauts plafond et un sol de marbre. 350 lits et des salles de traitements dévouées à chaque spécialités permettent d’accompagner les patients dans leur réhabilitation. Suite à une visite des lieux par un physiothérapeute, nous rencontrons les équipes d’infirmières, d’ergothérapeutes, de physiothérapie, de médecine traditionnelle chinoise… Les salles de traitements sont vastes, ce qui permet d’accueillir plusieurs patients à la fois. Nous nous séparons pour suivre différents thérapeutes et découvrir les diverses spécificités.

IMG_9353

L’équipe interprofessionnelle Suisse au desk de l’hôpital

Introduction

Durant 2 semaines entre mai et juin 2016, 6 étudiant-e-s (2 physiothérapeutes et 2 infirmières de HESAV et 2 ergothérapeutes de l’EESP), accompagné-e-s d’un enseignant de HESAV, participent à un module clinique interprofessionnel dans un hôpital renommé de la région de Wuxi en Chine, le Wuxi Tongren International Rehabilitation Hospital.

Ce séjour en Chine permettra aux étudiant-e-s de vivre une expérience internationale d’immersion clinique dans un contexte interprofessionnel, incluant une dynamique qui a débuté l’an passé entre les filières et qui s’inscrit dans le processus d’accueil et d’intégration de la filière ERGO à HESAV à l’horizon du Campus Santé.

Le Wuxi Tongren International Rehabilitation Hospital est un lieu qui offre des conditions idéales pour cette expérience, réunissant dans un même lieu de soins toutes ces filières représentées par des professionnels et des étudiants en stage. Ce centre, dans un environnement qui n’existe pas en Suisse, propose des thérapies qui relèvent à la fois de la médecine traditionnelle chinoise et des approches occidentales.